Dominik27

Un site utilisant unblog.fr

  • Accueil
  • > Archives pour février 2014

25 février 2014

Crise diplomatique entre Paris et Rabat .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 09 min

Crise diplomatique entre Paris et Rabat . maroc2502

François Hollande et le roi du Maroc Mohammed VI, en mars 2013.

Monde -            humanitefr            le 25 Février 2014

 

Crise diplomatique entre Paris et Rabat

Mots clés :                           sahara occidental,                            maroc,                            nicolas hulot,                            mohammed VI,                            javier bardem,                            Abdellatif Hammouchi,                            Zakaria Moumni,

 

 

En plein coup de froid diplomatique entre Paris et Rabat autour de plaintes déposées en France contre un responsable du contre-espionnage pour tortures, François Hollande fait le dos rond face à Mohamed VI.

Deux faits ont irrité la monarchie alaouite et ont provoqué une crise diplomatique entre Rabat et Paris. D’abord, les propos tenus par l’ambassadeur de France aux Etats-Unis François Delattre sur le Maroc rapportés par l’acteur espagnol, Javier Bardem, auteur d’un documentaire sur la situation du Sahara occidental, affirmant que le Maroc est une « maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux mais qu’on doit défendre ». Des propos jugés « scandaleux et inadmissibles » par Mustapha Khalfi, le porte-parole du gouvernement à majorité islamiste marocain avant d’ajouter que Rabat « demeure persuadé que la France saura réparer le mal qui a été causé par ces propos », qu’ils « aient été fallacieusement attribués » au diplomate « ou effectivement prononcés ». Dit autrement, Rabat demande au gouvernement français de sanctionner son diplomate à défaut de le désavouer.

Trois plaintes déposées contre le patron du contre-espionnage marocain

Se greffent sur cette affaire, les trois plaintes déposées en France pour « torture et complicité de torture contre le patron de son contre-espionnage, Abdellatif Hammouchi. Deux ont été déposées jeudi au nom de deux militants indépendantistes sahraouis par l’ONG Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat). La troisième, a été déposée dimanche, par maitre Patrick Baudoin au nom de son client, l’’ancien champion du monde de boxe light-contact Zakaria Moumni, condamné et détenu arbitrairement pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012. Zakaria Moumni affirme avoir « aperçu » M. Hammouchi, le patron des services marocains, lors d’une des séances « de sévices » qu’il dit avoir subies au centre de détention de Temara !

zakaria

Sur ce, sept policiers se sont rendus à la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Paris pour notifier à M. Hammouchi, de passage en France pour accompagner le ministre marocain de l’Intérieur, une convocation émanant d’un juge d’instruction dans le cadre de deux précédentes plaintes pour complicité de torture. L’histoire ne dit pas si le patron du contre-espionnage marocain a pu quitter le territoire français !

Face à la vive réaction marocaine, Paris s’est alors confondu en excuses auprès de Rabat. Le Quai d’Orsay a évoqué un « incident regrettable » et promis que « la lumière » serait faite, une démarche que le Maroc a qualifiée d’insuffisante, annonçant en signe de protestation le « report » de la visite de Nicolas Hulot à Rabat, « envoyé spécial du président français pour la planète ». François Hollande est alors monté au créneau, en téléphonant au monarque marocain « pour dissiper tous les malentendus et assurer le roi Mohammed VI de l’amitié constante entre la France et le Maroc ».

Pour sa part, l’ACAT a vivement critiqué les promesses du Quai d’Orsay face aux protestations indignées marocaines, estimant que « dans une démocratie » la diplomatie n’a « absolument pas le droit de s’immiscer dans le fonctionnement du pouvoir judiciaire ».

Lire aussi :

Hassane Zerrouky avec l’AFP

Loi antigays en Ouganda: la chasse aux sorcières médiatiques est de retour .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 05 min

Loi antigays en Ouganda: la chasse aux sorcières médiatiques est de retour . redpepper

La « Une » du tabloïd Red pepper, habitué des ragots sordides

Monde -            humanitefr            le 25 Février 2014

 

Loi antigays en Ouganda: la chasse aux sorcières médiatiques est de retour

Mots clés :                           libertés,                            homophobie,                            ouganda,                            droits des homosexuels,                            chrétiens d’afrique,                            yoweri museveni,

 

 

Un tabloïd ougandais a publié ce mardi une liste de 200 personnes qu’il dit être homosexuelles, le lendemain de la promulgation par le président Yoweri Museveni d’une loi durcissant la répression de l’homosexualité dans ce pays d’Afrique de l’Est à majorité chrétienne.

« Mis à nu! », titre en une le tabloïd Red Pepper, habitué des ragots sordides, de préférence sexuels. « Les deux 200 principaux homos d’Ouganda identifiés » écrit-il dessous, à côté de photos d’un responsable d’une association de défense des minorité sexuelles, d’un prêtre catholique, d’une rappeuse renommée et d’une militante connue de la cause gay, lesbienne affichée. Parmi les noms cités – tous relativement connus en Ouganda – figurent quelques homosexuels affichés, mais la grande majorité – dont ceux de défenseurs de la cause homosexuelle – sont ceux de personnes n’ayant jamais fait part publiquement de leur préférence sexuelle. « La chasse aux sorcières médiatiques est de retour », a twitté Jacqueline Kasha, célèbre activiste de la cause homosexuelle en Ouganda, dont le nom avait été cité en octobre 2010 dans un autre tabloïd, Rolling Stone, qui avait publié les identités de 100 prétendus homosexuel(le)s sous le titre « Pendez-les ». Jacqueline Kasha avait fait condamner le journal en portant plainte, au côté notamment de David Kato, figure de la cause homosexuelle en Ouganda lui aussi cité et assassiné à son domicile quelques mois plus tard.

Lundi, le président ougandais Yoweri Museveni a promulgué une loi qui durcit la répression déjà sévère de l’homosexualité – passible de la prison à vie – en prohibant notamment la « promotion » de l’homosexualité et qui oblige à dénoncer quiconque s’affiche homosexuel(le). La promulgation de cette loi a suscité de sévères critiques de défenseurs de la cause homosexuelles ou des droits de l’Homme à travers le monde, ainsi que de nombreux partenaires occidentaux de l’Ouganda, dont certains ont commencé à annoncé la suspension de certaines aides au pays. Les Pays-Bas ont immédiatement réagi en décidant de geler le versement d’une aide annuelle de 7 millions d’euros. Le Danemark a fait de même, annonçant la redirection de quelque 6,3 millions  d’euros d’aide vers des ONG et des initiatives privées, tout comme la Norvège, qui déplaçait 6 millions d’euros d’aides vers des organisations de défense des droits de l’homme. Londres s’est interrogé sur « la conformité de la loi avec la Constitution de l’Ouganda et ses obligations internationales ». La Belgique par la voix Elio di Rupo, son premier ministre a également condamné fermement « cette violation des droits humains ». Les Etats-Unis, dont l’aide annuelle se chiffre à près de 400 millions d’euros, avaient déjà averti l’Ouganda que l’entrée en vigueur de la loi compliquerait leurs relations.

Les observateurs craignent que cette nouvelle loi n’encourage le harcèlement et les violences dont sont déjà largement victimes les homosexuels en Ouganda, où l’homophobie est alimentée par les puissantes Eglises évangéliques.

Lire aussi :

Inde : douche froide pour les défenseurs des droits des homosexuels

La brouille calculée des Verts .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 01 min

La brouille calculée des Verts . ayraultduflot

 

Politique -            humanite            le 25 Février 2014

Gauche

La brouille calculée des Verts

Mots clés :                           eelv,                            jean-marc ayrault,                            noël mamère,                            cécile duflot,                            aéroport notre-dame-des-landes,                            barbara pompili,                            pacte de responsabilité,

 

 

Les tensions s’apaisent entre le premier ministre et Europe Écologie-les Verts (EELV), tandis que le gouvernement a besoin d’EELV pour faire adopter son pacte de responsabilité.

Le petit jeu devient rodé, entre Jean-Marc Ayrault et sa minorité écologiste au gouvernement. Un jour après avoir appelé Europe Écologie-les Verts (EELV) à « sortir de l’ambiguïté », à la suite de son soutien à la manifestation des opposants à l’aéroport du Grand Ouest, à Nantes, le premier ministre a estimé avoir « besoin de tout le monde ». La ministre du Logement, Cécile Duflot, avait affirmé samedi au Monde qu’elle soutiendrait « plutôt deux fois qu’une » les opposants si elle n’était pas au gouvernement, avant les violences qui ont dévasté le centre de Nantes.

Après les critiques du premier ministre, la secrétaire nationale d’EELV, Emmanuelle Cosse, a rappelé avoir immédiatement condamné les violences. « Les ambiguïtés, s’il devait y en avoir, sont levées, maintenant essayons de travailler », a estimé Barbara Pompili, coprésidente du groupe EELV à l’Assemblée, déplorant toutefois que Jean-Marc Ayrault n’ait pas passé un « petit coup de fil » avant de s’en prendre à son parti.

 

Depuis, Emmanuelle Cosse a eu au téléphone le premier ministre. Bref, le passé c’est le passé sur un dossier, Notre-Dame-des-Landes, dans lequel il s’est fortement impliqué. Surtout que ces désaccords sont actés de longue date et évacués de l’accord de gouvernement. C’est que Jean-Marc Ayrault s’est souvenu entre-temps que « le grand rendez-vous, ce sera au moment où le Parlement se prononcera pour la réussite du pacte de responsabilité », à travers un vote de confiance auquel EELV ne pourra se dérober. « C’est ça l’essentiel », a-t-il lâché dans les allées du Salon de l’agriculture, rappelant à son allié ses devoirs plutôt que ses droits. Et marquant au passage combien le gouvernement n’a pas de majorité alternative aujourd’hui.

Noël Mamère, qui a quitté EELV en septembre, a jugé lundi son ancien parti « déconsidéré » et « dans l’impasse », qu’il choisisse de rester ou non au gouvernement. Sans majorité de rechange ni avec le Front de gauche, ni avec les centristes, voilà le gouvernement « obligé de garder encore quelque temps ces écologistes qui l’embêtent et qui peuvent dire tout et n’importe quoi, pratiquer le grand écart sans se faire mal aux muscles ». Et contribuer à faire adopter un pacte dont Emmanuelle Cosse dit désormais « attendre beaucoup ». « C’est intéressant, complète-t-elle, et on n’a pas de jugement d’opposition à ce pacte », sur lequel Hollande dit jouer son quinquennat.

Lire aussi :

Lionel Venturini

Vitali Klitschko, l’autre carrière côté ring .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 18 h 51 min

Vitali Klitschko, l’autre carrière côté ring . vitaliklischko

« Je serai candidat au poste de président de l’Ukraine parce que je crois fermement que les règles du jeu doivent être modifiées », a déclaré Vitali Klitschko, ce mardi 25 février devant la presse.

Monde -            humanite            le 16 Décembre 2013

 

Vitali Klitschko, l’autre carrière côté ring

Mots clés :                           ukraine,                            russie,                            kiev,                            viktor ianoukovitch,                            boxe,                            libres-échanges,                            mohamed ali,

 

 

C’est l’une des figures de proue du mouvement de contestation qui a mené à la destitution du président Viktor Ianoukovitch, l’ancien boxeur, champion du monde des poids lourds, âgé de 42 ans, s’est déclaré candidat à la présidentielle en Ukraine, ce mardi 25 février. Retrouvez le portrait réalisé en décembre 2013 par le jeune correspondant de l’Humanité, Nicolas Bamba.

Avant de s’engager en politique et dans la contestation du pouvoir ukrainien en place, le boxeur a été champion du monde. Grosse tête aux poings ravageurs, le député est un homme pressé et ambitieux.

Il n’en a pas fini avec les gants qu’il est déjà lancé dans d’autres luttes. À quarante-deux ans, Vitali Klitschko est à la tête d’Udar, parti libéral pro-européen qu’il a fondé et qui signifie « coup » – comme c’est étonnant. En désaccord avec le régime de Viktor Ianoukovitch et son choix de privilégier un rapprochement avec la Russie au détriment d’une intégration européenne, le député Klitschko est un des leaders de l’opposition menant la fronde dans les rues de Kiev depuis fin novembre. Le colosse (2,02 m, 110 kg), qui aspire à la présidence en 2015, compte bien connaître le même succès dans l’arène politique que sur les rings.

45 victoires dont 41 par KO

Dans le monde de la boxe anglaise, Vitali Klitschko n’est pas le premier venu, et son tableau de chasse laisse songeur. Depuis ses débuts professionnels, en 1996, il n’a jamais été envoyé au tapis. Ses deux seules défaites sont dues à des blessures et peuvent lui laisser un goût amer, car le géant dominait à chaque fois. Il y a surtout ces chiffres : 45  victoires, dont 41 par KO (un taux de 87,2 %). Klitschko est seulement devancé par Rocky Marciano (87,7 %) dans l’histoire des lourds. Alors, certes, le style méthodique de Klitschko séduit moins que la boxe furieuse d’un Mike Tyson ou celle virevoltante d’un Mohamed Ali. Mais la vérité est implacable : le punch de l’Ukrainien est dévastateur.

vitaliafp

Natif du Kirghizistan (ex-URSS), Vitali Klitschko est pourtant loin de l’image du mastodonte limité juste bon à cogner. Dépassée, la méchante brute soviétique que Sylvester Stallone tabassait dans Rocky IV. Polyglotte, amateur d’échecs et engagé après de l’Unesco, Klitschko est titulaire d’un doctorat en sciences du sport. D’où son surnom, 
Dr Poings d’acier. De quoi tordre le cou aux préjugés, à l’image d’un Tyson, ex- « homme le plus méchant de l’Univers » qui adore depuis tout petit… les pigeons.

Champion WBC, Vitali trône au sommet des lourds avec son petit frère Wladimir, détenteur des trois autres ceintures (IBF-WBA-WBO). Même s’ils ne sont pas reconnus comme leurs prédécesseurs des années 1990, les Klitschko écrasent la catégorie reine des années 2000. Les promoteurs rêvent d’un duel fratricide Klitschko vs Klitschko. Une affiche comme en raffole le cinéma, mais qui ne verra jamais le jour. Parce que les deux frangins, fils de militaire, ont promis à leur mère de ne jamais s’affronter sur un ring. Frustrant pour le public, mais aussi rassurant : star de la boxe ou pas, on écoute sa maman.

Lire aussi :

nicolas bamba, 25 ans

Ukraine. Le vrai carburant du soulèvement .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 18 h 47 min

Ukraine. Le vrai carburant du soulèvement . ukraine2502

 

Monde -            humanite            le 24 Février 2014

Ukraine

Ukraine. Le vrai carburant du soulèvement

Mots clés :                           union européenne,                            ukraine,                            russie,                            viktor ianoukovitch,                            ioulia timochenko,                            vladimir bidievka,                            oligarques,                            révolution orange,                            sergueï levochkin,                            oksana antotchenko,

 

 

Kiev (Ukraine), envoyé spécial. Si une majorité d’Ukrainiens ont soutenu le mouvement qui a conduit à la destitution, samedi, du président Ianoukovitch, la détresse sociale fut au centre du mécontentement politique. C’est elle qui a porté ces aspirations au changement que l’on retrouve dans toutes les conversations. 

Barricades par dizaines, un sol noir de suie, la chaussée détruite, les bâtiments entièrement brûlés, les stigmates des affrontements transparaissent toujours sur la place Maidan, l’épicentre du soulèvement contre le président Viktor 
Ianoukovitch, depuis trois mois. Les gens sont descendus par dizaines de milliers, hier, pour y déposer des fleurs rouges et s’y recueillir en 
mémoire des morts (60 depuis mardi). « On ira jusqu’au bout », promet Vassili, quarante-deux ans.

La chute du président, le retour au régime parlementaire, la libération d’Ioulia Timochenko, des élections anticipées, qu’attendent de plus ces citoyens mobilisés depuis des semaines ? « Nous payons nos impôts, nous travaillons et la seule chose que l’on a vu évoluer, ces dix dernières années, se sont les fortunes des oligarques », explique Vassili, écœuré par tous les dirigeants qui se sont succédé depuis la révolution orange de 2004. La plupart des Ukrainiens n’ont pas oublié que le contexte social et économique n’a jamais évolué avec les « orangistes », au pouvoir jusqu’en 2010, puis avec 
Viktor Ianoukovitch. Pour une partie de la presse, derrière ces événements, on assiste encore à une bataille entre oligarques.

Une véritable paupérisation

« Un clan qui a fait sa fortune dans l’industrie et les finances contre un autre, les groupes dominants de l’est, plus proches de la Russie, contre d’autres groupes implantés à l’ouest », souligne la version ukrainienne du quotidien Kommersant. L’accord avec l’opposition est survenu quand Rinat Akhmetov, l’homme fort de Donetsk avec son groupe, System 
Capital Management (extraction du charbon, métallurgie, banque, médias), et les autres milliardaires proches du pouvoir, Dmytro Firtash, Sergueï 
Taruta et Sergueï Levochkin, de la société RosUkrEnergo, ont lâché le chef de l’État. « Les gens ont véritablement envie que les choses changent. Hélas, les mêmes hommes politiques vont-ils entreprendre des réformes sociales, économiques et juridiques pour que la corruption cesse et que les salaires soient versés ? J’en doute », s’interroge le député de 
Donetsk, Vladimir Bidievka, membre du Parti communiste ukrainien (PCU). L’Ukraine a connu une véritable paupérisation ces dernières années. La crise l’a accélérée.

Cette faillite sociale avec un chômage qui ne cesse de grimper (10 % officiellement), 40 % de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté, un salaire moyen de 250 euros et des retraites sous les 90 euros. « Alors que pour la majorité de la population, rien ne change, les prix du gaz, de l’électricité, des logements, eux, augmentent. Et avec la faillite, on va devoir faire encore des efforts. Nous sommes en train de suivre le chemin de la Grèce. On va vendre aux multinationales toutes nos richesses : nos industries, les oléoducs et gazoducs, les terres fertiles et une main-d’œuvre qualifiée », analyse l’économiste Oksana Antotchenko.

Une extrême droite très active

Les régions les plus pauvres sont les régions rurales à l’ouest, d’où sont partis les soulèvements. Malgré ses terres fertiles (tournesol, betterave à sucre), le secteur agricole a été particulièrement touché, depuis 2008, par la crise. « Forcément, les gens ont cru que le partenariat économique avec l’UE résoudrait tous leurs problèmes et mettrait fin au chômage, à la corruption et à la destruction des acquis sociaux », constate Vladimir Bidievka. Cette partie de l’Ukraine proche de la 
Pologne, qui a majoritairement voté pour les partis de l’opposition et l’extrême droite Svoboda, a eu le soutien d’un allié de circonstance, « le voisin polonais », juge le quotidien économique Kommersant. « La Pologne aurait énormément de choses à perdre si jamais l’Ukraine se tournait vers un partenariat économique avec la Russie. L’ouverture des frontières et la fin des visas lui assureraient une main-d’œuvre peu coûteuse. C’est d’ailleurs déjà en partie le cas. » D’autres économistes avancent le peu de modernisation du pays, encore trop centré sur son industrie qui a peu évolué depuis la chute de l’URSS et repose sur les mêmes secteurs (fer, acier, chimie) et des ressources minières importantes (fer, uranium, charbon). Pourtant, son entrée dans le XXIe siècle est marquée par une croissance à deux chiffres. « Le futur pouvoir doit réussir, sinon les Ukrainiens, qui sont dans une situation de détresse sociale profonde, sombreront dans le chaos », conclut 
Anatolii Sokoliouk.

Les locaux du PC dévastés. Le siège du Parti communiste d’Ukraine (KPU), à Kiev, a été saccagé par des manifestants. Les tags sur le bâtiment accusent les communistes d’être des « criminels », des « assassins » ou des « esclaves de (Viktor) Ianoukovitch ». Le KPU a pourtant pris ses distances avec le président ukrainien au début des manifestations en demandant « la fin de l’usage de la force », condamnant la répression et exigeant que la politique étrangère d’intégration 
de l’Ukraine soit soumise à référendum.

Lire aussi :

Vadim Kamenka

Si, si, Abdellaziz Bouteflika va bien ! .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 18 h 42 min

Monde -            Si, si, Abdellaziz Bouteflika va bien ! . humanitefr            le 25 Février 2014

 

Si, si, Abdellaziz Bouteflika va bien !

Mots clés :                           algérie,                            corruption,                            abdelaziz bouteflika,                            fln,                            liberté d’expression,                            élections algériennes,

 

 

Vous ne rêvez pas, c’est bien le président Abdelaziz Bouteflika qui apparaît sur la vidéo. Invisible à la télévision depuis 2012, ces images du président algérien qui vient d’annoncer sa candidature pour un 4ème mandat par la voix de son premier ministre, confirment les inquiétudes quant à son état de santé et les doutes exprimés par l’opposition sur ses capacités à gouverner.

C’est devant les caméras de la chaîne nationale Canal Algérie, qu’est apparu Abdelaziz Bouteflika pour la première fois depuis le discours public de Sétif en mai 2012 où il avait laissé entendre qu’il fallait laisser la place aux jeunes générations. Deux jours apès avoir fait annoncer par son premier ministre, Abdelmalek Sellal, sa candidature à la présidentielle du 17 avril prochain, le pouvoit algérien « montre » la président-candidat à la télévision publique au côté de l’émissaire du Koweït en visite, ce lundi 24 février à Alger. Mais nous n’entendrons pas la voix de Bouteflika, seulement celle du présentateur de la chaîne, les téléspctateurs se contenterons d’un communiqué de la présidence, lu à la fin de la vidéo.

Une candidature par procuration

La décision de Bouteflika de s’accrocher au pouvoir, alors qu’en raison de son AVC, le chef de l’État algérien ne parle pas et ne s’exprime que par communiqué, ne fait qu’accentuer les doutes exprimés par l’opposition et les médias sur ses capacités à gouverner. Bouteflika, 77 ans, au pouvoir depuis 1999, n’a plus pris la parole en public depuis son retour de 80 jours d’hospitalisation en France au printemps 2013 à la suite d’un AVC, puis un retour de quatre jours mi janvier, toujours à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris.

Trois partis algériens appellent à boycotter la présidentielle. Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion lundi soir, le RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie, gauche laïque) et les partis islamistes Ennahda et MSP (Mouvement pour la Société de la paix), appellent les candidats à la présidentielle à se retirer de cette « mascarade électorale ». « Les conditions ne sont pas réunies pour un scrutin libre et transparent », ajoutent les trois partis.

Lire aussi :

dracula contre les peuples .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 11 h 09 min

Dracula contre les peuples - Patrick Le Hyaric

        Qu’est ce que le «marché transatlantique»?

Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, député au Parlement européen.

Voici le livre qui révèle en exclusivité le texte sur lequel, la Commission europé…

Pierre Laurent : SYRIE,RETRAITES,MUNICIPALES .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 11 h 06 min

Pierre Laurent : SYRIE,RETRAITES,MUNICIPALES .

Dumping social, dossier de l’Humanité Europe n°3 .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 10 h 51 min

Dumping social, dossier de l’Humanité Europe n°3 . humaeurope3

 

Monde -            humanite            le 25 Février 2014

l’Humanité

Dumping social, dossier de l’Humanité Europe n°3

Mots clés :                           l’humanité,                            allemagne,                            dumping social,                            l’humanité europe,

 

 

Le nouveau numéro de notre publication numérique consacrée à  l’Europe se penche sur les évolutions en Allemagne ave Gérard lahellec,  vice-président de la région Bretagne et Annelie Buntenbach, dirigeante  de la DGB allemande (confédération syndicale) alors que ce pays est en  passe d’instaurer un salaire minimum national.

La dernière livraison de l’Humanité 
Europe ouvre le dossier  du dumping social. La concurrence déloyale des abattoirs allemands a  mis à mal l’industrie agroalimentaire bretonne. Gérard Lahellec,  vice-président de la région Bretagne, témoigne de la situation de sa  région et de la nécessité de sortir du système de dumping social créé  par les « travailleurs détachés ». Annelie Buntenbach, dirigeante de la  DGB allemande (confédération syndicale), dont le pays est en passe  d’instaurer un salaire minimum national, évoque un contexte social  nouveau dans son pays et en Europe. Patrick Le Hyaric titre son  éditorial : « Une nouvelle directive “détachement des travailleurs” : un  marqueur de l’Europe que nous voulons ».

Vous pourrez lire aussi des articles choisis dans différents journaux de la presse progressiste européenne. Gauchebdo de Genève dénonce le dumping rampant qui se met en place dans l’aéroport de cette ville. Neues Deutschland montre comment la CSU bavaroise est de plus en plus critiquée pour son  attitude à l’égard des migrants venus de Bulgarie et de Hongrie. La Marea évoque les méthodes de lutte contre les policiers tortionnaires du  franquisme dans les années 1970 et les actions d’aujourd’hui. Mundo Obrero soutient la préparation et les objectifs de la Marche pour la dignité  qui fera converger vers Madrid plusieurs colonnes venues de toute  l’Espagne. Left relève les soutiens de la gauche de la gauche  italienne à Alexis Tsipras pour la présidence de la Commission  européenne. 
À Athènes l’Avgi évoque le sort des migrants trouvant la mort aux abords de l’Europe forteresse. Le site catalan Societat.cat décrit la situation des travailleurs indépendants en Espagne à l’heure  de la crise. Evrensel met en cause les agissements du gouvernement turc  qui arme les mouvements islamistes syriens.

>>> Le numéro 3 de « l’Humanité Europe » dans notre boutique

Marc Berrus

Le CAC 40 va distribuer 40 milliards de dividendes .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 10 h 46 min

Le CAC 40 va distribuer 40 milliards de dividendes . bourse_0

 

Social-Eco -            humanitefr            le 5 Octobre 2013

 

Le CAC 40 va distribuer 40 milliards de dividendes

Mots clés :                           cac 40,                            total,                            edf,                            arcelormittal,                            sanofi ,                            GDF-Suez,                            dividendes,                            coût du capital,

 

 

Selon Les Echos, les grands groupes du Cac 40 s’apprêtent à verser la moitié de leurs profits à leurs actionnaires. De quoi relancer le débat sur le coût du capital

39,9 milliards d’euros de dividendes devraient aller directement dans les poches des actionnaires en 2014, au titre de l’exercice 2013. Soit 5% de plus que l’année dernière. Ce qui ferait de 2014 la deuxième année d’augmentation du versement de dividendes, à la même hauteur que 2010 (40,2 milliards d’euros distribués). Cette estimation est livrée ce samedi par le quotidien Les Echos, en collaboration avec FactSet et Primeview.

Grâce à la crise

Le quotidien explique cette hausse  »par une amélioration des comptes et une certaine confiance dans l’avenir. En effet, les analystes anticipent une hausse de 16 % des bénéfices récurrents, à plus de 80 milliards d’euros, pour l’exercice 2013. » Et à entendre un analyste cité par Les Echos, la crise économique est une bonne aubaine pour les actionnaires. « La croissance étant encore molle, les entreprises n’ont pas besoin de faire de gros investissement », indique un certain Christian Parisot, stratégiste chez Aurel BGC. Autre raison de ce gonflement des dividendes: la « pléthore de liquidités » dont disposent ces grands groupes. Les actionnaires des banques devraient être particulièrement choyés, de même que ceux du « trio de tête des plus gros versements »: Total, Sanofi et GDF-Suez. Seuls ceux d’EDF et d’ArcelorMittal pourraient faire la tête.

En toute logique, cette pluie de dividendes devrait remettre en question le bien fondé du Crédit d’impôt compétitivité (CICE). A quoi servent les 20 milliards d’euros de ristournes fiscales offertes par le gouvernement aux entreprises, alors que les plus grosses d’entre elles vont verser le double à leurs actionnaires? Cela donnerait des marges de manoeuvre financières à un gouvernement qui impose aux Français un nouveau budget austéritaire, sous le prétexte qu’il n’y a plus d’argent.

9% de la richesse nationale

Depuis trois décennies, c’est le capital, entendre les banques et les actionnaires, qui a accru sa part du gâteau des richesses créées, au détriment du travail. Le patron du Medef, Pierre Gattaz, peut se lamenter sur le poids des «charges» sociales : l’an dernier, les entreprises ont déboursé presque deux fois plus pour leurs frais financiers que pour les cotisations à la Sécu. Rançon des abandons des gouvernements successifs, de droite ou socialiste, face à la croisade permanente du patronat, le capital vampirise sans cesse davantage les richesses créées par le travail. Les dividendes, qui représentaient 3% de la richesse nationale en 1980, en pèsent désormais 9%… Pour effectuer ce prélèvement, les actionnaires exigent des entreprises des rentabilités excessives, au détriment des salaires et de l’emploi, et n’investissent plus.

Il est donc temps de lever le grand tabou du coût du capital.

  • A lire aussi:

Les records détestables du budget 2014

Coût du capital: actionnaires gavés, salariés à la diète

S.G.

1...45678...56
 

Theveste FLE |
Lapmsaideauxparentsenmilieu... |
Arrondaz1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amipostemardi
| Young Up
| Comiteparentselevesjasseron