Dominik27

Un site utilisant unblog.fr

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

29 janvier 2014

Culture Pete Seeger ou les origines communistes du folk américain .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 07 min

Culture Pete Seeger ou les origines communistes du folk américain

Pete Seeger ou les origines communistes du folk américain

Par Harry Cross, jeune correspondant de l’Humanité, 21 ans. Pete Seeger, chanteur de folk américain qui est mort lundi à l’âge de 94 ans, était un des artistes phare à l’origine de la culture protestataire américaine qui a fleuri dans les années 1960.

Arrière-pensées. L’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 05 min

Arrière-pensées. L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin . edito_1

 

Social-Eco -            humanite            le 29 Janvier 2014

 

Arrière-pensées. L’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

Mots clés :                           marché du travail ,                            allemagne,                            austérité,                            François Hollande,                            michel sapin,                            jean-paul agon,                            réformes schröder,                            loi hartz,                            pacte de responsabilité,                            peter hartz,

 

 

De Gaulle répétait souvent qu’il fallait «toujours se mettre en accord avec ses arrière-pensées». François Hollande ferait bien de s’en inspirer. La gêne constatée hier dans son proche entourage avait quelque chose de révélateur. Oui ou non, le chef de l’État a-t-il rencontré Peter Hartz, le tristement célèbre «père» des «réformes» éponymes du marché du travail en Allemagne ?

Pour la presse d’outre-Rhin, pas de doute, le sulfureux homme serait même devenu l’un des conseillers du président. Au regard du cap politique actuel, nous nous sommes d’abord dit que cette information, pour inquiétante qu’elle soit, n’était que la confirmation d’une dérive libérale assumée. Mais, comme pris de panique devant le flagrant délit de collaboration avec le liquidateur des droits sociaux sous Schroeder, l’Élysée a finalement cru bon de démentir l’odieux anathème. Non, Peter Hartz «ne conseille pas» François Hollande, même si ce dernier l’a bien vu il y a deux mois. Ça vous rassure, vous ?

Nous avions entendu un peu plus tôt les propos alambiqués de Michel Sapin : « Qu’on écoute Peter Hartz, qu’on parle avec lui, ça me paraît être la moindre des choses. C’est quelqu’un d’intéressant. On a le droit d’ouvrir les oreilles, d’ouvrir les yeux. » Tendez vos oreilles et ouvrez bien les yeux sur le modèle allemand, braves gens, le ministre du Travail socialiste vous y invite de toute urgence ! Pensez correctement, adhérez aux nouveaux préceptes et surtout convertissez-vous à l’irresponsable« pacte de responsabilité » scellé en partenariat avec le Medef, qui, selon le PDG de L’Oréal, Jean-Paul Agon en personne, ne serait rien d’autre qu’un « pacte de réalité » aussi avéré scientifiquement que la formule d’un cosmétique à succès… Mais combien de temps va donc durer cette hypocrisie ? Car le mythe du modèle allemand ayant trouvé son « libéralisme efficace » et dans lequel nous pourrions puiser source et inspirations ne résiste pas une minute à l’examen critique. Sauf à oublier que, au pays de Merkel, 20 % des employés – peut-on encore parler de « salariés » d’ailleurs ? – travaillent moins de 20 heures par semaine pour des salaires compris entre 400 et 800 euros !

La préfiguration du futur ne se découvre plus dans les livres de science-fiction. Elle se regarde, là, dans le réel quotidien de l’économie marchandisée. Si l’on en croit les chiffres publiés hier par l’Insee, la France en prend tout droit le chemin. L’accroissement de la précarité de notre marché du travail atomise chaque jour un peu plus le pacte républicain : chômage de masse, temps partiels, multiplication des formes « atypiques » d’emploi, concurrence entre salariés, creusement des disparités entre les différentes catégories d’employés, au détriment des strates inférieures, etc. À terme ? Une main-d’œuvre corvéable à souhait, ayant si possible perdu tout esprit de révolte. Comme disait Camus: « L’angoisse de la mort est un luxe qui touche beaucoup plus l’oisif que le travailleur asphyxié par sa propre tâche. »

Avez-vous voté pour ce monde-là, en mai 2012 ? Rendons-nous compte de l’évolution. Au nom du « principe de réalité » glorifié par le Medef, la vérité révélée par les responsables du pouvoir socialiste en place n’a pratiquement plus rien de socialiste. Une gauche qui se prétend de gauche mais qui apporte des réponses de droite à des questions de gauche n’est plus de gauche. Que ces socialistes-là changent de nom ! Au moins ils n’auront plus de problème avec leurs arrière-pensées.

L’Humanité en version numérique

Jean-Emmanuel Ducoin

Dans l’Humanité ce mercredi, la facture de la flexibilité de l’emploi .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 01 min

Dans l'Humanité ce mercredi, la facture de la flexibilité de l'emploi . 2014-01-29une-hq

 

Social-Eco -            humanitefr            le 29 Janvier 2014

 

Dans l’Humanité ce mercredi, la facture de la flexibilité de l’emploi

Mots clés :                           l’humanité,                            marché du travail ,                            emploi,                            chômage,                            flexibilité,

 

 

Présentée depuis des décennies par le patronat et les libéraux comme le  moyen de favoriser l’emploi, la flexibilisation du marché du travail  contribue à l’augmentation du chômage, constate l’Insee dans une étude  publiée ce mardi.

A lire dans notré événement:

  • La flexibilité nourrit le chômage. Vingt-quatre heures après la publication des mauvais chiffres du  chômage, l’étude publiée aujourd’hui par l’Insee sur Trente Ans de vie  économique et sociale vient à point nommé. Sans surprise, l’institut  souligne que, depuis 1975, la montée du chômage en France est  étroitement corrélée au tassement de la croissance. Mais celle-ci  n’explique pas tout. L’Insee démontre en effet que, depuis le début des  années 1990, l’impact de la faible croissance économique sur l’emploi  « s’est accentué, en raison de la flexibilisation accrue du marché du  travail ». En clair, les entreprises font de l’emploi, depuis cette  époque, leur variable d’ajustement privilégiée. Pour cela, elles mettent  à profit la flexibilisation du travail, réclamée par le patronat et  mise en œuvre, sous des formes diverses, par les gouvernements  successifs.
  • Infographies: CDD, les femmes plus précaires; le chômage explosif et sexiste; jeunes, la chair à canon de la flexibilité patronale
  • Les libéraux surenchérissent pour casser le Code du travail. La droite et le Medef préconisent la baisse des salaires
  • Hartz, pilote du modèle antisocial de Schroeder, invité chez Hollande
  • Arrière-penées, l’édito de Jean-Emmanuel Ducoin

A découvrir aussi ce mercredi:

  • Décentralisation: l‘Etat fédéral menace l’Etat-nation
  • Pinault doit garantir l’avenir des salariés de La Redoute
  • Inégalités: la pauvreté cachée au coeur des villes. Une étude publiée mardi analyse finement les taux de pauvreté selon les  territoires. Elle met en avant la persistance d’importantes poches de  misère dans les grandes villes ainsi que de fortes inégalités entre  quartiers.
  • Pourquoi les capitaux fuient les pays émergents
  • Rwanda. Rencontre avec Alain et Dafroza Gauthier, chasseurs de génocidaires
  • Dans « Europe, les enjeux »: Renzi et Berlusconi passent au rabot la souveraineté populaire; Aleksandar Vucic, nouveau maître de Belgrade et acteur de la semaine; La crise ukrainienne atteint les sommets; Quand Madrid manipule les chiffres du chômage; vu de Hongrie: la collaboration refoulée.
  • Cinéma: Minuscule, des petites bêtes qui montent… à l’abordage! Nos autres critiques cinéma consacrées à Des étoiles, de Dyana Gaye; Stalingrad lovers, de Fleur Albert; Démocratie 06, de Michel Toesca. Par ici les sorties consacré à Tonnerre, Hemel et Jacky au royaume des filles
  • Radio France fait entrer la vie dans la Maison. Le groupe public va rouvrir sa Maison ronde, le 14 novembre à 20 heures,  avec l’inauguration d’un tout nouvel auditorium. Radio France a présenté  hier son projet culturel.

L’Humanité en version numérique

LE FRONT NATIONAL MENT AUX SALARIES… EXEMPLE DES MAIRIES FN ( 2 )

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 33 min
LE FRONT NATIONAL MENT AUX SALARIES… EXEMPLE DES MAIRIES FN 28 janvier 2014 – 13h32 – Posté par richard PALAO90.**.50.***

à ce tableau on peut ajouter la ville de DREUX , en 1983 le RPR , HIAUX prend la mairie aux socialistes en s’ alliant avec le FN , une première , STIRBOIS le dirigeant historique du FN devient premier adjoint mais officieusement c’est lui qui tient les manettes .

la ville est mise en coupe réglée par le FN , la population immigrée ou issue de l’immigration est sans cesse stigmatisée , et mise sous le controle des sbires du FN et d une police municipale renforcée , la gestions de la ville est calamiteuse , les budgets des associations sont en chute libre , le mot social disparait du vocabulaire des élus …

Cette « expérience » catastrophique n ’ a pas été oublié par les drouais , car depuis la FN a quasiment disparu du paysage politique , ses scores électoraux sont très en dessous de la moyenne nationale , les candidats ne se bousculent pas et aux dernières municipales le FN a été incapable de présenter une liste …

Contrairement à ce que prétendent certains et les médias , le FN a déja été essayé , il a déja été aux commandes et partout celà c est terminé par une débandade , des dettes , des détournements et  également des condamnations …

non seulement le FN abrite des fascistes et des racistes mais il fabrique des truands .

LE FRONT NATIONAL MENT AUX SALARIES… EXEMPLE DES MAIRIES FN de : La CGT nord

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 28 min
LE FRONT NATIONAL MENT AUX SALARIES... EXEMPLE DES MAIRIES FN  de : La CGT nord bellaciao_dechir1

rien

LE FRONT NATIONAL MENT AUX SALARIES… EXEMPLE DES MAIRIES FN de : La CGT nord mardi 28 janvier 2014 – 11h37

rien
JPEG - 44.6 ko

« Il est peut-être temps d’essayer le Front national », explique un électeur

Voilà le discours « de la rue » répandu partout et colporté par des medias toujours condescendants avec ce mouvement.

Ce discours laisse à penser que le FN n’a jamais été « aux manettes » et n’a jamais eu de responsabilités électorales. C’est oublier que le FN est aussi un parti d’élus : Députés, conseillers régionaux, généraux & municipaux, élus européens…

C’est bien vite oublier les municipales de 1995 et la prise de 4 villes : Vitrolles, Marignane, Toulon et Orange… Quatre villes laboratoires pour mettre en pratique la stratégie nationale : sécurité, préférence nationale, baisse de l’imposition…

Il ne s’agit plus ici de programme, d’effet d’annonce ou de promesses, mais bien de faits opposables : 4 villes que le Front National a dirigées, 4 villes où le Front National a été employeur et décisionnaire des politiques publiques.

Les maires FN et les finances

Le Fn se veut un parti qui assainira les finances publiques, pour les 4 villes qu’il a gérées, la cour des comptes émet un rapport accablant :

A Marignane, les impôts locaux augmentent. Dans son rapport, la Chambre régionale des comptes dresse un constat accablant : « trop forte augmentation des charges courantes par rapport aux recettes de fonctionnement », « diminution de l’autofinancement », pas de « restructuration des services ». Le bilan est sans appel : « La situation financière de la commune de Marignane est de nouveau préoccupante ».

A Vitrolles : augmentation abusive du prix de l’eau pour combler les trous du budget de la ville. Ou encore gestion chaotique des marchés publics

A Orange, la Chambre régionale des comptes énumère des « dépenses à caractère familial », des « factures de restaurant récurrentes » un « séjour en Spa de cinq jours en 2007″, des « factures de parfums de luxe, de cigares et cigarettes », « l’achat d’un téléphone effectué au nom de l’épouse du maire »…

A Toulon, on relève aussi des détournements de fonds publics.

Les maires FN et les principes républicains

La catastrophe n’est pas qu’économique, le respect des principes républicains sont mis à rude épreuve. Dans les 4 villes, les services refusent de délivrer les certificats d’hébergement nécessaires pour les demandes de visa.

Les maires FN et l’emploi (public)

En matière d’emploi règne la discrimination à l’embauche

A Vitrolles : « la toute première mesure [du maire] a été de licencier tous les personnels contractuels (31 personnes) qui occupaient tous des postes dans le secteur socioculturel ou dans le domaine de la prévention (ramassage scolaire, maisons de quartier, etc…). Les six directeurs des maisons de quartiers ont été dans le lot. » Par ailleurs, la maire recrutera des cadres sans expérience.

A Marignane ce sont 400 fonctionnaires qui prennent leur carte au FN, un syndicat « aux ordres » sera créé.

En matière de cadre de vie, les promesses font long feu : à Marignane la rénovation du centre-ville promise est abandonnée, le projet d’un complexe de loisirs remplacé par l’installation d’un supermarché.

Les maires FN et la vie culturelle

La gestion FN a aussi de lourdes conséquences dans le domaine social et culturel. Dans les 4 villes, les subventions aux associations socio culturelles seront drastiquement baissées voire carrément supprimées. Les 4 villes favoriseront la musique folklorique au dépend de la création. Des salles de concert Rock seront fermées.

A Toulon, les subventions autrefois accordées aux associations agissant auprès des immigrés sont créditées au compte des associations d’anciens combattants.

A Orange, les chorégies seront menacées de disparition faute de subventions.

Les 4 équipes municipales vont aussi s’ingérer dans la politique d’acquisition des Bibliothèques exigeant le retrait de certains titres et l’acquisition d’ouvrages de proche de l’extrême droite ( à noter que tous les conseillers municipaux FN de France feront des démarches similaires). C’est la mort de la pluralité culturelle et intellectuelle.

http://www.cgtnord.fr/article-le-fr…

Site Bellaciao

Pour Jean-Marie Le Pen, « il faut convaincre les femmes de notre peuple de l’absolue nécessité d’assumer leur fonction de reproduction »

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 13 min
Pour Jean-Marie Le Pen,

rien

Pour Jean-Marie Le Pen, « il faut convaincre les femmes de notre peuple de l’absolue nécessité d’assumer leur fonction de reproduction »  mardi 28 janvier 2014 – 11h29

rien
JPEG - 93.9 ko

Interrogé par Var Matin dans un article paru samedi 18 janvier, et partiellement en ligne, l’eurodéputé estime que « les Espagnols, qui se sont montrés extrêmement libéraux, ont mesuré la gravité du problème » en remettant en cause le droit à l’avortement.

Puis le président d’honneur du FN évoque la situation française en lâchant :

Il faut convaincre les femmes de notre peuple de l’’absolue nécessité d’’assumer leur fonction de reproduction. La question principale est celle de la vie de l’’enfant à naître. À la pointe de ce combat, on devrait voir les évêques de France.

Site Bellaciao

NOTRE OBJECTIF : BATTRE LA DROITE ET L’EXTREME DROITE ! .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 06 min

NOTRE OBJECTIF : BATTRE LA DROITE ET L’EXTREME DROITE !

ump_6.jpg

DECLARATION DE LA FEDERATION DE L’ESSONNE DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

Notre objectif : le rassemblement le plus large pour battre la droite, l’extrême droite, agir et proposer une alternative aux politiques d’austérité.

C’est à ce titre que la Fédération de l’Essonne du PCF, ne s’inscrit pas dans l’initiative proposée, tenue à Viry-Châtillon par le PG et ne s’associe pas à cette démarche qui vise à structurer autour d’une « charte » les listes de configuration « Front de gauche ».

Cela préfigure un type de structuration qui n’est pas dans l’intention des communistes, ni dans une orientation partagée avec nos partenaires du FDG et qui n’a été abordée ou discutée nulle part. De plus cela ne correspond en rien à nos orientations structurantes de notre engagement et de notre activité définie par notre Congrès.

Si des communistes, au bout d’un long débat, ont fait des choix de stratégie locale, pour des listes « type FDG »,ou plus en faveur de listes avec le PS et/ou EELV et d’autres forces à gauche, ces choix sont divers et ne se donnent pas comme seul objectif de « battre le PS », mais de rassembler toutes celles et ceux qui ont intérêt au changement et proposer des solutions alternatives y compris au plan local.

Partout sur le terrain et dans l’institution, dans le rassemblement le plus large, sur des contenus forts, nous voulons être utiles aux populations: agir au sein des communes pour le développement du service public, l’emploi, les transports, la démocratie citoyenne, le vivre ensemble. Cela ne s’oppose en rien au fait que nous critiquions l’action du gouvernement et sa politique, qui favorise selon l’opinion générale, plutôt le Medef que les salariés, par exemple.

Recréer de l’espoir, répondre aux attentes des essonniens, dans nos communes, nos territoires, s’opposer aux appétits de la droite et aux prétentions de l’extrême droite, contrer les politiques d’austérité, en confortant nos positions et être en conquêtes sur d’autres, voilà ce qui anime d’abord les communistes essonniens.

 Corbeil, le 27 Janvier 2014

28 janvier 2014

Jour de colère : les organisateurs envisagent une nouvelle manifestation (video) .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 26 min
Jour de colère : les organisateurs envisagent une nouvelle manifestation (video) . bellaciao_dechir1

rien

Jour de colère : les organisateurs envisagent une nouvelle manifestation (video)  mardi 28 janvier 2014 – 13h39

JPEG - 14.8 ko

Ils étaient 17.000 selon la police, plus de 100.000 selon les organisateurs : un succès pour ces anti-Hollande hétéroclites, qui imputent les incidents de fin de manifestation à l’attitude de la police.

Louis, étudiant et collaborateur parlementaire, est l’un des neuf membres du collectif « Jour de colère » à l’origine de la manifestation de dimanche. Comme les huit autres, il refuse de donner son nom de famille. Il revient sur la manifestation de dimanche pour Le Figaro.

LE FIGARO. – Quel bilan tirez-vous de la journée de dimanche ?

Nous avons été surpris et très heureux de cette forte mobilisation. Nous l’avons organisée sans aucun soutien au niveau national, en nous servant uniquement des réseaux sociaux. La deuxième belle surprise, c’est que, malgré la diversité des cortèges, aucun incident n’a été à déplorer entre les manifestants, malgré une ambiance parfois très tendue, du fait des revendications graves que nous portions. Nous espérons avoir été entendus à défaut d’avoir été écoutés et qu’au moins certains députés prennent la mesure de la gravité de la situation pour mettre en œuvre la destitution de François Hollande que nous appelons.

Cela vous incite-t-il à recommencer ?

Nous réfléchissons à l’organisation d’une nouvelle manifestation après les municipales. Nous verrons bien comment ces élections vont se dérouler. En attendant, nous appelons clairement à un vote sanction pour les socialistes et le gouvernement. Mais nous n’avons pas vocation à appeler à voter pour un parti en particulier.

250 personnes ont été placées en garde à vue à la suite des incidents de dimanche soir.

Les incidents d’hier soir ont eu lieu après l’appel à la dispersion. Seulement sept minutes après étaient tirées les premières grenades lacrymogènes. Il n’y avait aucune issue place Vauban (lieu d’arrivée du cortège, NDLR) ; bouclée par les forces de l’ordre. Selon nous, la police avait clairement reçu l’ordre de provoquer.

Que pensez-vous de la radicalité de certains manifestants ?

On parle de quelques dizaines d’individus par rapport aux milliers d’autres. Nous n’avons pas à nous sentir concernés par eux et ce qu’ils font. Après, nous appelons à une unité nationale. Si l’on enlève des voix à cette démarche unitaire, ce n’est plus une unité nationale. Je suis donc allé les voir. Nous pouvons tout à fait avoir une discussion avec eux, malgré leur look. Nous parlons avec tout le monde. Dimanche, on pouvait voir un drapeau de la CGT à côté d’un drapeau français frappé de la croix de Lorraine, des drapeaux régionaux, des drapeaux à croix celtique. C’est la France unie.

Le Crif condamne lundi matin des slogans racistes et antisémites entendus dans le cortège.

On ne peut pas rattacher ces slogans à notre manifestation. Ils sont l’œuvre d’individus isolés et nous les condamnons.

http://www.lefigaro.fr/actualite-fr…

Ils sont l’œuvre d’individus isolés……. ????????

Site Bellaciao

La «peopolisation» ou les limites 
de la Ve République .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 08 min

Politique -            La «peopolisation» ou les limites 
de la Ve République . humanite            le 14 Janvier 2014

Présidence

La «peopolisation» ou les limites 
de la Ve République

Mots clés :                           François Hollande,                            valérie trierweiler,                            vie privée,                            julie gayet,

 

Au-delà des dérives de certains médias, la personnalisation s’accompagne de la mise en scène de l’exercice du pouvoir.

La « peopolisation » de la vie publique n’est-elle pas, aussi, la conséquence directe de la personnalisation à outrance de nos institutions par les responsables politiques, elle-même résultant de la Constitution de la Ve République (1958) et de sa révision (par référendum en 1962) instituant l’élection de son président au suffrage universel dès 1965 ?

Certes, la dérive est réelle chez trop de médias qui en font des tonnes sur les rapports qu’entretiendrait le président de la République avec une actrice, jusqu’à laisser croire que cette affaire serait le centre de la vie publique de notre pays, contre toute réalité sociale et politique, comme en témoigne un sondage Ifop montrant que 77 % des Français pensent que c’est une affaire privée qui ne change pas, pour 84 % d’entre eux, leur opinion sur François Hollande. Le seul objectif, vendre du papier, comme l’on dit.

Cependant, depuis quelque temps, un pas préoccupant a été franchi par ces médias tant du point de vue de la vie privée, à laquelle tout un chacun à droit, que de la dénaturation même du débat politique auquel cela conduit dans notre pays. Mais cette dérive ne vient pas simplement d’une perversion anglo-saxonne de certains médias hexagonaux, elle s’appuie aussi sur un pouvoir de plus en plus concentré au sommet de l’État, de plus en plus personnel. Un pouvoir qui joue aussi de cette « peopolisation » pour des raisons politiques. Et notamment, peut-être, celle d’amoindrir le choc des situations économiques et sociales qui fâchent, à juste titre, les Français. Hier, ce fut Nicolas Sarkozy affichant, en pleine explosion de la crise financière, ses relations avec Carla Bruni. Aujourd’hui, après le débat en 2012 sur la place de la première dame de France, c’est l’affaire Julie Gayet, révélée, elle, par la presse.

De fait, cette réalité donne du grain à moudre à cette dérive médiatique, alors qu’hier comme aujourd’hui ces présidents mettaient et mettent en œuvre des politiques d’austérité dures au peuple et ne favorisant pas le débat public, y compris pour que le Parlement joue pleinement son rôle. La « peopolisation » de la vie politique pourrait bien être, alors, l’expression d’une Ve République à bout de souffle

 

Max Staat

Le grand n’importe quoi autour du voyage de Valérie Trierweiler .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 19 h 02 min

Médias -            Le grand n'importe quoi autour du voyage de Valérie Trierweiler . humanitefr            le 28 Janvier 2014

 

Le grand n’importe quoi autour du voyage de Valérie Trierweiler

Mots clés :                           inde,                            François Hollande,                            valérie trierweiler,                            humanitaire,                            action contre la faim,

 

 

Entre une marque de voiture qui détourne des clichés de son voyage et des éditorialistes politiques français qui glosent en boucle sur les confidences de l’ex-compagne du président, le déplacement humanitaire de Valérie Trierweiler aura viré au tête à queue médiatique.

Qui se souvient encore que le déplacement de Valérie Trierweiler en Inde avait pour but de soutenir le programme d’Action contre la faim dans ce pays où 8 millions de moins de 5 ans souffrent de malnutrition? On se le demande au vu du grand n’importe quoi médiatique qui a accompagné la visite de celle qui est aussi ambassadrice de la Fondation France Libertés de Danielle Mitterrand.

Dernier « dérapage » en date, le piratage de l’image de la Française par une marque de voiture allemande:

1...56789...53
 

Theveste FLE |
Lapmsaideauxparentsenmilieu... |
Arrondaz1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amipostemardi
| Young Up
| Comiteparentselevesjasseron