Dominik27

Un site utilisant unblog.fr

30 janvier 2014

L’acharnement contre la CGT se poursuit à Roanne .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 18 h 08 min

Social-Eco -            L’acharnement contre la CGT se poursuit à Roanne . humanite            le 3 Janvier 2014

Justice

L’acharnement contre la CGT se poursuit à Roanne

Mots clés :                           justice,                            répression syndicale,                            cinq de roanne,                            amnistie syndicale,

 

Alors que le tribunal correctionnel de Roanne les a relaxés le 17 décembre, et que le délai d’appel était écoulé, les cinq cégétistes poursuivis pour refus de prélèvement d’ADN ont appris hier que le parquet général à Lyon a fait appel, mardi.

C’est comme un cauchemar qui n’en finirait jamais. Hier dans nos colonnes, Cristel Coste, l’une des cinq militants CGT de Roanne poursuivis depuis fin 2010 pour des tags, reconnus coupables mais dispensés de peine, puis poursuivis pour refus de prélèvement d’ADN, exprimait son soulagement que leur « affaire » soit close. Vendredi dernier, le procureur de Roanne avait en effet déclaré à la presse locale qu’il ne souhaitait pas faire appel de leur relaxe, prononcée le 17 décembre dernier par le tribunal correctionnel. Or, ce vendredi correspondait au dernier jour du délai dont il disposait pour ce recours. « On le voyait mal faire appel, ç’aurait vraiment été ressenti comme de l’acharnement », avait déclaré sur France Bleu Didier Marchand, un autre des cinq. Les syndicalistes abordaient la nouvelle année en confiance, pensant pouvoir enfin tourner la page.

vers une nouvelle étape judiciaire

Mais, une fois de plus, un énième coup de massue les attendait. Hier, ils ont appris que, mardi 31 décembre, le parquet général de la cour d’appel de Lyon – le même qui avait demandé les prélèvements d’ADN – a interjeté appel du jugement les relaxant, ouvrant la voie à une nouvelle étape judiciaire. À Roanne, c’est de nouveau le choc. « Depuis vendredi on était soulagés personnellement, on pouvait passer à autre chose, tempête Didier Marchand. Là, il ne faut pas se voiler la face, c’est de l’acharnement politique de la part de magistrats de droite ou d’extrême droite. L’ADN, c’était déjà eux, ils en remettent une couche. Pendant que la CGT sera occupée à se défendre, elle ne fera pas autre chose. Si le gouvernement avait fait voter la loi d’amnistie, on n’en serait pas là ! » « C’est inadmissible ! appuie Serge Lenoir, secrétaire de l’union locale CGT de Roanne, de nouveau sur la brèche. On est abasourdis. Le 17 décembre je me félicitais de la victoire de la raison contre l’absurde, mais l’absurdité tente de reprendre ses droits. C’est une décision éminemment politique. On va continuer à lutter pour la liberté d’expression et pour la loi d’amnistie. »

Une décision « infondée en droit », selon la cgt

Pour la confédération CGT, « cet acte du parquet général n’est que le reflet de l’acharnement de l’institution judiciaire à l’égard de syndicalistes CGT », pourtant « dispensés de peine par la cour d’appel de Lyon au vu des éléments de leur dossier ». La CGT estime que l’appel du parquet est une décision « infondée en droit » car hors délai, et donc un « acte de provocation à l’égard de tous les syndicalistes CGT ». Le syndicat va contester la validité de l’appel, et maintient les festivités prévues le 9 février à Roanne pour célébrer la relaxe.

Côté politique, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a exprimé hier sa « stupéfaction » en apprenant la décision du parquet. « Je demande des explications : qui est responsable d’un tel acharnement ? Une chose est certaine : la mobilisation doit reprendre sans tarder pour obtenir leur relaxe totale et définitive et exiger le vote d’une loi supprimant le fichage pour activités syndicales et amnistiant les syndicalistes déjà condamnés », a-t-il réagi, assurant les cinq de sa « totale solidarité et entière disponibilité pour mener le combat à leurs côtés jusqu’au bout ».

2 autres cégétistes poursuivis Relaxés le 20 novembre 2012 par le tribunal de Villefranche (Rhône), Pierre Coquan, secrétaire général de l’UD CGT du Rhône, et Michel Catelin, membre du bureau de l’UL CGT de Villefranche, sont convoqués mercredi par le procureur de la cour d’appel de Lyon. Ils sont poursuivis pour « organisation sur la voie publique d’une manifestation n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable », pour une diffusion de tracts au péage de Villefranche contre la réforme des retraites en août 2010. Une manifestation de soutien a lieu mercredi à 11 h 30 place Bellecour, à Lyon.

Fanny Doumayrou

Laisser un commentaire

 

Theveste FLE |
Lapmsaideauxparentsenmilieu... |
Arrondaz1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amipostemardi
| Young Up
| Comiteparentselevesjasseron