Dominik27

Un site utilisant unblog.fr

21 novembre 2013

Lire Robespierre en philosophe .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 10 h 39 min

Lire Robespierre en philosophe

revue culturelle et littéraire les lettres françaises

Robespierre une politique de la philosophie, de Georges Labica

Il y a deux ans, une grande souscription était lancée pour sauver des manuscrits de Robespierre vendus aux enchères. L’écho rencontré aurait probablement réjoui le philosophe Georges Labica (1930-2009), auteur  d’un petit ouvrage qui eut un certain écho au moment du bicentenaire: Robespierre, une politique de la philosophie à l’origine publié par les PuF en 1990, le voici judicieusement réédité aux éditions La Fabrique avec une longue et instructive introduction de Thierry Labica, qui revient sur l’œuvre de son père, tout particulièrement sur ses analyses du rôle de la violence dans les mouvements populaires développées dans les années 2000. Le propos du philosophe, rédigé dans un contexte où le nom de Robespierre était presque devenu imprononçable, entend exposer la cohérence de  la «théorie de la révolution » robespierriste. Labica proposait en effet d’étudier non pas telle ou telle mesure prise par Robespierre, mais bien de comprendre sa pensée philosophique, dont l’originalité est d’être en permanence liée au déroulement d’une séquence révolutionnaire.

C’est là toute la saveur de l’ouvrage, qui n’a rien perdu de sa fraîcheur, même si on peut ne pas partager toutes ses analyses, et les trouver trop rapides au regard des nouveaux travaux sur Robespierre publiés depuis.Parmi les point les plus saillants de ce livre, on relèvera l’analyse faite du rapport de l’Incorruptible à « l’illégalité » en révolution, cette dernière étant toujours pensée comme « l’intervalle entre deux légalités, celle qui n’est plus et celle qui n’est pas encore» (page126). La compréhension du concept de révolution dans le cadre d’une dialectique révolution – contre-révolution, tout comme la critique rétrospective de la « dictature jacobine » montrent l’habileté tactique comme la profondeur théorique du dirigeant montagnard.

Le rapport à la religion constitue enfin un des aspects les plus intéressants du propos de Labica. Quelle est l’attitude des révolutionnaires à l’égard des croyances religieuses ? C’est l’occasion de revenir brièvement sur un ensemble de processus, des Diggers de la révolution anglaise aux théologies de la libération; développements trop courts ici, mais suggestifs, et qui coupent court aux accusations d’un Robespierre fanatique pour le réinscrire dans une interrogation plus large sur les rapports entre révolution et religion. A noter que l’auteur déplore que des pensées aussi originales que celles de Marat et de Babeuf n’aient pas fait l’objet d’une même prise en considération théorique et philosophique. Un bel appel, toujours actuel, à poursuivre une démarche féconde.

 Jean-Numa Ducange

Robespierre, une politique de la philosophie, de Georges Labica, préface de Thierry Labica, la Fabrique, 2013 (première édition, PUF, 1990), 209 pages, 9,50 €.

Laisser un commentaire

 

Theveste FLE |
Lapmsaideauxparentsenmilieu... |
Arrondaz1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amipostemardi
| Young Up
| Comiteparentselevesjasseron