Dominik27

Un site utilisant unblog.fr

29 avril 2013

Mediator : une ancienne élue UMP et le N.2 de Servier mis en examen .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 21 min

Société Mediator : une ancienne élue UMP et le N.2 de Servier mis en examen

Mediator : une ancienne élue UMP et le N.2 de Servier mis en examen

L’ex-sénatrice UMP Marie-Thérèse Hermange et le N.2 de Servier, Jean-Philippe Seta, ont été mis en examen dans le cadre de l’affaire Mediator.  Ils sont soupçonnés d’être intervenus dans la rédaction d’un rapport sénatorial sur le médicament, dans le but de minimiser la responsabilité des laboratoires Servier.

Vert ( s ) : aimer Geoffroy-Guichard,ça se mérite .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 18 min

Sports Vert(s): aimer Geoffroy-Guichard, ça se mérit

Vert(s): aimer Geoffroy-Guichard, ça se mérite...

Le bloc-notes de Jean-Emmanuel Ducoin. Etre un amoureux des footballeurs de Saint-Etienne a du sens. Où l’on parle d’Histoire, de collectif et de valeurs autres que celles de l’argent-roi…

Mélenchon ne veut pas de « clash »avec Berlin,mais instaurer »un rapport de force tranquille » .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 14 min

Politique Mélenchon ne veut pas de « clash » avec Berlin, mais instaurer « un rapport de force tranquille »

Mélenchon ne veut pas de "clash" avec Berlin, mais instaurer "un rapport de force tranquille"

Le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a taxé dimanche les socialistes français de « molletisme », en référence à Guy Mollet, face à Angela Merkel, leur reprochant d’aboyer contre la chancelière allemande tout en faisant la même politique.

Les socialistes, « il ne faudrait pas qu’ils inventent un molletisme européen: ils aboient sur Mme Merkel de manière à ce qu’on ne regarde pas trop ce qu’ils sont en train de faire, c’est-à-dire du Merkel en France », a affirmé M. Mélenchon, invité de l’émission 12/13 Dimanche sur France 3.

« Reculade organisée »,la cronique de Gérard Filoche .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 09 min

 

Social-Eco -                       le 28 Avril 2013

 

« Reculade organisée », la chronique de Gérard Filoche dans l’HD

Mots clés :                           travail,                            emploi,                            medef,                            L’Humanité Dimanche,                            droit,                            gérard filoche,                            ANI,

 

 

Non,  ça ne colle vraiment pas. Discuter cinq mois du mariage pour tous,  peut-être. Mais passer en trois semaines, avec procédure d’urgence et  vote bloqué, une loi essentielle très contestée sur le droit du travail,  ça ne se justifie pas. Même pour ceux qui la défendent, ce n’est pas  glorieux :  silence médiatique général, aucun débat contradictoire, obscurité  organisée sur les 27 articles disparates de l’ANI péniblement  transformés en loi, votes forcés, expéditifs, et à reculons, sous  pression, des députés.

On en arrive à une des lois les plus mal votées  de l’histoire de la Ve République. Elle ne créera aucun emploi, ne  supprimera aucun précaire. Pourtant le Code du travail est le droit le  plus intime, le plus décisif pour 18 millions de salariés du privé. Même  pour ceux qui ne le connaissent pas, leur vie en dépend. Un bon Code du  travail, ça produit de bons salaires. Un bon Code du travail, ça  protège l’emploi. Un bon Code du travail, c’est la civilisation. Un  mauvais Code du travail, c’est la précarité, la flexibilité, le mal  contre ceux qui bossent.

Le  droit du travail est fait de sueur et de sang, de luttes et de larmes.  Il a fallu 170 ans pour le bâtir. Il a fallu 80 ans pour passer de la  journée de 17 heures à celle de 10 heures. Et encore 70 ans pour passer  de la semaine de 40 heures à celle de 35 heures. Le Code du travail  c’est l’histoire du progrès, du respect, de l’humanité. C’est le droit  le moins enseigné, le plus dénigré, le plus fraudé. C’est le droit qui  établit, ou non, la dignité des salariés. Sans État de droit dans  l’entreprise, la subordination liée au contrat de travail devient une  soumission sans contrepartie.

La  gauche a toujours fait progresser le droit du travail dans l’unité. Il y  a eu des « ANI » célèbres, en juin 1936 à Matignon (40 heures et congés  payés). Autre ANI célèbre en juin 1968 à Grenelle où le SMIG a augmenté  de 33 % et le SMAG de 55 % pour constituer le SMIC !  Jospin avait eu le courage de convoquer un « sommet social » le  10 octobre 1997 pour imposer les 35 heures. La droite a passé à l’acide  le Code du travail pendant dix ans. Elle a « recodifié » dans un silence  général entre 2004 et 2008. On s’attendait à ce que la gauche  reconstruise. C’était dans le programme de Hollande. Si c’était la  droite qui avait fait ce forcing ANI-MEDEF on aurait tous été dans la  rue, le 5 mars, le 9 avril et le 1er mai.

C’est  la première fois dans l’histoire que la gauche décide de faire reculer,  gravement, le Code du travail pour tenter d’amadouer le MEDEF, rassurer  les marchés et leurs agences de notation. Michel Sapin a même évoqué  « les lois Hartz 1, 2, 3 et 4 » votées de 2002 à 2004 par le SPD et la  CDU, Schröder et Merkel. Le paradoxe, c’est que le SPD aujourd’hui s’en  mord les doigts   et les remet en cause pour affronter Merkel aux élections de 2013 (et  Hartz, comme Cahuzac, a été inculpé et condamné pour corruption). Ainsi,  au moment où ces lois Hartz qui ont fait tant de mal aux salariés  allemands sont enfin dénoncées par les socialistes à Berlin, de façon  incroyable, à contretemps, ce sont les socialistes français qui les font  passer à Paris.

Gérard Filoche, inspecteur du travail

CGT : l’appel de Thierry Lepaon à manifester le 1er MAI 2013

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 03 min

Multimedia L’appel de Thierry Lepaon (CGT) à manifester le 1er mai

« Mobilisons-nous partout contre l’austérité, pour l’emploi et le progrès social ». C’est le mot d’ordre de la CGT pour ce 1er mai. Plus de 100 manifestations sont prévues en France, notamment aux côtés de la FSU et de Solidaires. Voir la carte des manifestations.

28 avril 2013

Jean-Luc Mélenchon « l’Humanité,une bouffée d’air frais dans le débat » .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 8 h 34 min

Médias Jean-Luc Mélenchon « L’Humanité, une bouffée d’air frais dans le débat »

Jean-Luc Mélenchon "L’Humanité, une bouffée d’air frais dans le débat"

Alors que l’Humanité est en danger, entre crise de la presse et problèmes de trésorerie, Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche apporte son soutien à votre quotidien. Parce que « sans l’Humanité, il n’y aurait jamais eu de décryptage du traité européen en 2005 ou de l’ANI cette année. Sans l’Humanité, les salariés en lutte seraient complètement absents du paysage médiatique. »

Vous êtes très critique à l’égard des médias, quel regard portez-vous sur ce monde ? L’Humanité y occupe-
t-elle une place particulière ?

27 avril 2013

Le 5 MAI : ENSEMBLE,LA MARCHE DU RENOUVEAU …..

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 17 h 56 min

25 avril 2013

Le 5 mai, ensemble, la marche du renouveau social et démocratique Réponse

La marche unitaire et citoyenne du 5 mai permet à toutes celles et ceux qui, il y a un an, ont voulu le changement à gauche, de se faire entendre contre la finance et pour proclamer « l’humain d’abord ».

En effet, désormais, c’est le peuple en entier qui va de plus en plus souffrir de l’austérité. Elle est une implacable vis sans fin, serrée à contre-courant de la raison et de l’intérêt général par le vorace appétit des ogres de la finance. Selon eux, après l’austérité, c’est encore et toujours l’austérité. Ainsi, en vertu des règlements européens et du dernier traité, notre pays comme les autres, doit présenter sa « trajectoire » de correction budgétaire. Dit autrement : informer la commission de Bruxelles des nouvelles coupes à faire dans les services publics, dans les prestations sociales.

Répondant du tac au tac, le ministre de l’économie a pu les rassurer en leur promettant 14 milliards d’euros de diminution dans les dépenses publiques et à nouveau 6 milliards d’euros de nouvelles augmentations d’impôts. Ceci doit se faire, paraît-il, au nom du respect des critères maastritchiens de réduction des déficits publics. Mais, cela fait quatre ou cinq plans de serrage de vis et après chacun d’eux, on nous annonce que le déficit augmente. Facile à comprendre ! Plus on réduit l’activité et plus le chômage augmente, plus on  a de dépenses sociales dues au sous-emploi et moins on a de recettes fiscales. C’est ce qui se passe aussi en Espagne, au Portugal, en Grèce, à Chypre. De fait, notre pays et l’Union européenne rentrent en récession. Il faut donc d’urgence arrêter cela en prenant des mesures de relance de l’activité en France et en Europe comme le réclament les organisations syndicales et des personnalités de plus en plus nombreuses, venues d’horizons très divers. Notre pays doit se faire le champion de ce changement de cap, le dire haut et fort au monde de la finance, aux autorités européennes et aux dirigeants allemands. La zone euro n’a pas vocation à être une zone mark déguisée, au seul service des intérêts égoïstes des capitalistes d’outre-Rhin ! Le véritable naufrage économique et social en cours, doublé de l’approfondissement d’une fracture politique, démocratique, sociale à l’œuvre, peut conduire au pire. C’est donc une grande œuvre de salubrité publique que de faire de la journée du 5 mai l’amorce d’un grand mouvement unitaire, citoyen, dynamique, porteur d’espérances. Il s’agit, dans un même élan, de faire front commun contre la finance et l’austérité, pour une refondation complète de notre République. Celle-ci ne peut être féconde que si elle se dépasse pour se régénérer de la démocratie participative et citoyenne, contre la concentration des pouvoirs et la domination de la caste des oligarques. La revitalisation du  beau triptyque de « Liberté, égalité, fraternité », commande de substituer le  développement humain à l’argent-roi qui écrase et corrompt tout. Cette marche n’a donc rien à voir avec une quelconque revanche au sein de la gauche, ou une tentative de déstabiliser  qui que ce  soit. Tel est l’objectif des forces réactionnaires, ultra-droitières, rétrogrades, qui prétextant de leur refus de la loi du mariage pour tous, se réveillent en alliance avec des secteurs de la droite républicaine, relayées au Parlement par des députés UMP, pour des tentatives de régression et d’ouverture vers les chemins inquiétants de l’extrémisme de droite. Leur abandonner la rue serait une faute impardonnable, aux conséquences incalculables.

La marche du 5 mai portera haut les couleurs de la gauche généreuse et juste, de la gauche qui n’abandonne pas les travailleurs, les privés d’emplois, les jeunes en quête d’un nouvel avenir, les créateurs et les enseignants qui veulent aider chacune et chacun à accéder à ses humanités, les démocrates, les écologistes, les républicains, les socialistes, les communistes, qui, ensemble, sont prêts à affronter cet ennemi commun qu’est la finance mondialisée.

C’est ce qu’a voulu une large majorité de nos concitoyens en battant la droite et l’extrême-droite, il y a un an. Le gouvernement doit les respecter pour cela. Il doit respecter ses engagements. Malheureusement, il ne le fait pas. Cette même majorité d’électrices et d’électeurs, par delà leurs opinions, a intérêt à marcher côte à côte pour changer le rapport de forces, réclamer de nouveaux choix politiques avec un nouveau gouvernement, s’appuyant sur le peuple rassemblé pour combattre la crise et desserrer l’étau mortel de l’austérité et du chômage. Œuvre difficile ? Certes ! Mais, nécessaire dès lors que la crise sociale se double de la défiance à l’égard du monde politique et des institutions, nourrie par l’abandon de trop d’engagements de campagne de François Hollande et l’affaire Cahuzac. De même, il est particulièrement insupportable et inacceptable que le gouvernement ait décidé de procéder par un coup de force contre de nombreux sénateurs de la gauche, dont tout le groupe CRC pour faire adopter le prétendu accord sur la flexibilité du travail.

Aucun démocrate ne peut rester insensible aux risques que fait courir à la République l’actuel climat nauséabond, aggravé par une politique qui répond aux demandes du grand patronat. Pas plus qu’aux interventions répétées de M. Bayrou demandant à F. Hollande de ne pas écouter le conseil national du Parti socialiste et de tenir bon sur l’austérité, allant jusqu’à se proposer en renfort. Ni à celle de cet ancien ministre UMP qui réclame un gouvernement d’union nationale, composé à parité de ministres socialistes et de droite. Autant de tentatives pour élargir les bases politiques de choix qui font tant souffrir nos concitoyens et qui enfoncent le pays et l’Europe dans la crise. Son issue ne pourra résulter que des réponses aux demandes populaires de justice et de respect des droits. Elle est dans la combinaison d’un nouveau projet de développement humain national et à l’échelle du continent et de l’aide à l’implication citoyenne active. Dans le combat résolu pour l’emploi, pour une réorientation de l’argent et pour des pouvoirs nouveaux accordés aux  salariés dans les entreprises. Elle est dans un nouveau projet de développement durable, la renaissance  industrielle et agricole, des services et de la recherche. Est à l’ordre du jour la recherche commune d’un nouveau pacte social, économique, écologique, démocratique, porté par un nouveau contrat de gouvernement, s’appuyant sur le Parlement, les régions et les départements et une mobilisation populaire.

La marche citoyenne du 5 mai peut être un formidable atout qui commence à transformer le ressentiment, la déception, la colère, en espérance partagée concrète. En ce sens, elle peut être la contre offensive contre les forces rétrogrades, homophobes et factieuses, pour hisser haut le pavois d’une République nouvelle qui fera du progrès social et de la démocratie d’intervention deux réalités indissociables.

Le 5 mai peut être le jour d’un commencement, celui du renouveau civique et citoyen à gauche, attentivement observé par toutes les forces progressistes d’Europe.

imagesCAUBZN9D

Les apprentis sorciers de la finance .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 17 h 46 min

Social-Eco Les apprentis sorciers  de la finance

Les apprentis sorciers  de la finance

Cactus. Chronique de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon. Dans le salon Opéra du Grand Hôtel Intercontinental de Paris, rue de Castiglione, dans le 9e arrondissement, le 11 octobre 2010, Christine Lagarde, alors ministre de l’Économie et des Finances, assiste à un symposium organisé par Nyse Euronext, conglomérat de sociétés boursières, comprenant la Bourse de New York et celles de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

Construction de la Nissan Micra à Flin : les salariès entre satisfaction et prudence .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 17 h 43 min

Social-Eco Construction de la Nissan Micra à Flins : les salariés entre satisfaction et prudence

Construction de la Nissan Micra à Flins : les salariés entre satisfaction et prudence

Le constructeur automobile Renault a rempli une partie de ses engagemements pris en mars avec les syndicats français en affectant la production dès 2016 de la prochaine génération de Nissan Micra à son usine de Flins, dans les Yvelines, avec un objectif de production annuelle de 82.000 véhicules. Selon la direction, Renault devrait embaucher.

Un clone de Super Mario pour succéder à Monti .

Classé dans : Non classé — dominik27 @ 17 h 39 min

Monde Un clone de Super Mario pour succéder à Monti

Un clone de Super Mario pour succéder à Monti

Numéro deux du Parti démocrate, Enrico Letta est chargé, par le président de la République réélu samedi, de former le gouvernement italien, qui aura le soutien du centre gauche, du centre et de la droite.

12345...15
 

Theveste FLE |
Lapmsaideauxparentsenmilieu... |
Arrondaz1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amipostemardi
| Young Up
| Comiteparentselevesjasseron